mardi 8 janvier 2019

Consensus républicain : l'HomoLesboTransPhobie, ça se discute !

Macron, Corbière, Jouanno, La Manif pour tous, LCP, Europe 1, qui sera le suivant à se précipiter pour remettre une pièce dans le revival homophobe, sans même prendre une demie-seconde pour le questionner, sans parler de s'en désolidariser ?

Au bal des universalistes, les pédés, les gouines, les trans, c'est Cendrillon qui ne retrouve pas sa pantoufle. Mais au château, on a la conscience tranquille car on a trouvé des responsables aux Gilets tape à l'oeil à désigner au cas où il faudrait des coupables.

Ceux-là n'ont rien demandé de tel, mais peu importe.

Pour les politiques comme les médias, que ce soit au prétexte de vouloir satisfaire des aspirations de justice sociale et fiscale ou de noyer ces aspirations : dans leur bataille concurrentielle pour incarner la légitimité de la représentation du Peuple et le grand barnum qui s'annonce, les droits des minorités font et vont faire office de monnaie de singe.

Mais il y aura de bonnes âmes pour prôner de s'en remettre aux politiques, à leurs calendriers, éléments de langage et bon vouloir et peu importe que ce soient eux, qui n'ont eu de cesse de reporter l'ouverture de la PMA, d'appeler les homophobes les plus directs à s'exprimer plus qu'ils ne le faisaient déjà et de légitimer leur expression.

Contribuant ainsi à maintenir mobilisés les réseaux Manif pour tous & co et leur laissant vifs la possibilité et l'espoir d'arracher d'autres reports.

Montrant ainsi le peu d'importance qu'ils attachent en réalité aux violences qui en résultent et vont en résulter.

Démontrant qu'ils n'ont aucune volonté de s'attacher à éradiquer l'homophobie comme instrument structurant de domination. Ni de changer le statut de seconde zone qu'elle produit.

Après Hollande et sa liberté de conscience,

Macron estimant qu'on avait pas assez écouté les familles prêchant l'homophobie et leur offrant les Etats Généraux de la bioéthique en terrain de jeu,

Voici maintenant Jouanno qui invoque la liberté d'expression pour cautionner qu'on puisse dans un débat institué par un organisme administratif agissant au nom de l'État discuter de priver d'un droit acquis une catégorie de personne au motif de leur orientation sexuelle, 

Et peu à peu se reconstruit insidieusement un consensus politique habillé de progressisme et de républicanisme tendant à inscrire le droit à discriminer dans le champ des libertés et celui de ne pas être discriminé dans celui de la censure.


« chacun est libre d’organiser un débat sur le sujet qu’il souhaite. Il n’est pas dans mon pouvoir de censurer les sujets » (https://twitter.com/Chantal_Jouanno/status/1082252148799352832)


Additif  (9 janvier 2019):
Depuis, Fabien Roussel, tout nouveau secrétaire national du PCF a, à son tour, ajouté un jeton dans la machine.
Comme les autres, il a ensuite rétropédalé médiocrement, sur l'air de, mais non c'est pas ce que je voulais dire, les pas beaux c'est les autres, pas nous les défenseurs des droits fondamentaux. Nous, on est pour, hein ! Et si pour montrer que nous on est les bons, il faut donner un coup de main pour monter la mayo rance, tant pis pour les collatéraux.
Et comme les autres, - Alexis Corbière, Chantal Jouanno - à aucun moment, il n'a présenté d'excuse aux gays, lesbiennes et trans qu'il a contribué à exposer aux violences. Ni regret, ni manifestation de compréhension de ce que, ils et elle, en assimilant à une simple discussion le fait de retirer des droits aux gays, lesbiennes et trans au motif de ce qu'ils sont, participent de la banalisation et de la légitimation de l'homophobie.
Et s'ils sont prompt à titre perso ou au compte de leurs orgas, à rappeler qu'ils sont et ont été pour l'ouverture des droits, on remarquera que ce n'est pas tant pour réaffirmer leur opposition et un engagement à combattre un système de domination mais plutôt comme des médailles qui devraient leur servir d'à-valoir imprescriptible blanchissant par avance toute contribution au maintien de l'hétéro-cis-sexisme.

vendredi 4 janvier 2019

Protection des minorités selon Corbière, épisode valeurs réacs. Ce n'est pas le peuple qui est méprisé, c'est Corbière qui est méprisable



« On a voulu faire croire que je voulais remettre en cause le mariage pour tous. Absurde. J'ai été l'un de ses fervents partisans, ce depuis de longues années. Mais j'assume qu'il ne peut exister à mes yeux des institutions démocratiques qui interdisent par définition d'aborder certains sujets si un nombre significatif de citoyens le souhaitent. Ceux qui ont polémiqué contre moi ont par là même montré leur profond mépris de notre peuple, vu comme une populace réactionnaire voulant supprimer des droits si difficilement obtenus. »
Alexis Corbière in Valeurs Actuelles, 02/01/2019
https://www.valeursactuelles.com/politique/alexis-corbiere-le-peuple-doit-rester-souverain-102210


Ce n'est pas le peuple, dans cette polémique qui est réac, c'est Alexis Corbière.
D'ailleurs le peuple n'a en rien demandé cette polémique, seul l'élu prétend ici parler en son nom. Qui dans un cadre de renouveau d'homophobie, plutôt que de participer à mobiliser contre les violences sociales et politiques, choisit de les dresser en discussion possible.

Et face aux réactions des premier.e.s concerné.e.s, Alexis Corbière choisit-il de se la jouer un peu humble et de s'interroger sur la violence qu'il produit ? Non, il se drape dans son costume défraichi de partisan du mariage, pour se rendre dans un journal d'extrême-droite, raciste, homophobe, transphobe et sexiste agiter à nouveau un chiffon que malheureusement il croit rouge, quand il n'est que brun du sang de ceux dont il se moque qu'ils et elles prennent les coups qu'il contribue à légitimer.

Si livrer les droits des minorités et leur protection à référendum est potentiellement risqué, les risques naissent notamment du mépris manifeste des élus issus de la démocratie représentative pour ces droits et protection.

L'homophobie n'est pas populaire, elle est dominante. C'est un instrument au service des classes au pouvoir qui l'entretiennent au nom du peuple. Il a bon dos, le peuple.